Souhaitons tous la bienvenue à Loren. On espère que tu te plairas dans notre petit paradis.

 
AccueilAccueil  FAQFAQ  PortailPortail  RechercherRechercher  GroupesGroupes  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

BONJOUR BONJOUR !
Et bienvenue sur Mononoké,
Avant tout, n'oubliez pas de passer par le règlement =D
Venez incarner un personnage du monde de Miyazaki (Sorcière, démon, humaine hôtesse, esprit...)
et rpgez à volonté !
Mais n'oubliez pas le Studio Ghibli !
Ensuite, allez faire noter vos rps pour pouvoir demander des avantages...

Membre d'Or de la rentrée.. ÄNSEL
La top signature de la rentrée est celle de...ÄNSEL
Le plus beau pseudo est... YUBABA


Tous les nouveaux membres peuvent bénéficier du cadeau de bienvenue :
LIEN

Pensez à aller faire noter vos rps !
LIEN

Partagez | 
 

 La vie dans le château (pv Tanaka)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Annabelle
Modératrice graph' junior


Messages : 9
Date d'inscription : 21/02/2010
Age : 30

Votre Personnage
Age: 16 ans
Sexe: Féminin
Métier:

MessageSujet: La vie dans le château (pv Tanaka)   Dim 21 Fév - 8:47

Le soleil s'était levé depuis quelques heures déjà et brillait dans le ciel. Un de ses rayons pênétra par la fenêtre d'un château et vint se poser sur le visage d'une douce jeune fille endormie. Sa peau blanche et son air délicat la faisait ressembler à une fragile poupée de porcelaine. Son doux visage angélique était entouré d'une cascade de cheveux blancs argentés. Certains diraient sans doute que ce n'est pas une couleur habituelle pour une jeune fille de son âge. En effet, malgré la couleur de ses cheveux la jeune fille respirait la jeunesse et ne devait avoir guére plus de seize ans. N'étant pas très profondément endormie, la jeune fille finit par être totalement réveillé par le rayon de soleil éblouissant posé sur son visage. Elle ouvrit lentement les yeux tout en essayant de s'habituer à la lumière environnante. Il ne fallut que quelques minutes avant qu'elle puisse y voir clairement autour d'elle. Comme elle n'était plus ébouie par le soleil il était désormais possible de voir ses yeux. Ils étaient bleux et son regard était doux. Une fois bien réveillée, la jeune fille regarda le pannier qui se trouvait à côté du lit. A l'intérieur se trouvait un gros coussin moelleux sur lequel deux chats dormaient tranquillement. Le soleil ne les avait pas réveillé eux. La jeune fille, qui se nommait Annabelle regardait tendrement les deux félins. Elle les aimait beaucoup et elle était heureuse d'avoir leur compagnie. En effet, sans la présence de ses chats, Praline et Yuuki elle se sentirait bien seule dans le grand château où elle se trouvait. En faisant le moins de bruits possible, la jeune fille se leva et alla à la fenêtre. Une fois devant elle regarda dehors. Le ciel était bleu et le soleil brillait. La journée s'annonçait magnifique.

Environ une heure plus tard, Annabelle marchait dans les couloirs du château. Depuis qu'elle avait quitté sa chambre sans réveiller ses chers compagnons, elle s'était lavée et habillée. Elle était vêtue d'une longue robe blanche avec des motifs verts au niveau de la poitrine et de la taille. Dans ses longs cheveux doux et soyeux se trouvait un ruban qui était vert lui aussi. Marchant d'un pas tranquille, la jeune fille atteint bientôt la cuisine où elle prépara de quoi manger pour ses chats et pour elle. Elle venait à peine de terminer quand elle sentit les deux félins se frotter contre ses jambes. La jeune fille se baissa en souriant vers eux avant de les câliner tendrement. Praline, la petite chatte blanche ronronait de plaisir tandis que Yuuki, le mâle se contentait de sourire. Avec une telle maîtresse, les deux félins étaient particulièrement gâtés pour ce qui était des calins et des caresses. Cependant le fait d'être gâtés n'avait rien gâché dans leur comportement. Ils étaient aussi doux et calmes que leur maîtresse. C'est en souriant qu'ils se mirent tous à manger peu de temps après.

Une fois le repas terminé et la vaiselle faite, Annabelle quitta la cuisine suivie de ses chats. Même si elle vivait dans le château depuis près d'un an, elle ne le connaissait pas si bien que ça. Ne voulant pas paraître indiscrète, elle n'en avait jamais exploré toute les pièces. Elle s'était toujours cantonée à la chambre où elle dormait, la salle de bain et la cuisine. Le reste du temps elle marchait dans la forêt en compagnie des animaux. Elle marchait et n'utilisait plus du tout son balai. Elle le nettoyait pour qu'il ne prenne pas la poussière mais c'était tout. Elle ne l'avait plus utilisé depuis ce qui lui était arrivé un an auparavant. Elle avait quitté ses parent depuis quelques semaines afin de faire son apprentissage de sorcière. Une après midi, alors qu'elle volait sur son balai, elle avait été prise dans une violente tempête et s'était évanouie après être tombée de balai. A son réveil, elle se trouvait dans une chambre chauffée à l'intérieur du château. D'après ses chats elle avait été sauvé par un inconnu avec une cape blanche. C'est lui qui l'avait conduit à cet endroit. Annabelle s'était souvent demandé si elle pourrait remercier un jour son sauveur et c'était l'une des raisons pour lesquelles elle n'avait pas quitté le château même un an après. Elle avait beau attendre les choses n'avaient pas changé depuis un an. Elle n'avait jamais pu rencontrer l'inconnu et savoir qui il était.

Ne sachant pas quoi faire et n'osant pas encore visiter le château, Annabelle retourna dans sa chambre où elle prit sa petite harpe. C'était son père, joueur de flûte à ses heures, qui lui avait fait aimer la musique et qui lui avait offert l'instrument. Elle y tenait beaucoup. Quand ils la virent avec la harpe entre les mains, les félins sourirent et montèrent sur le lit pour être confortablement installés tout en l'écoutant. La jeune fille quant à elle, ouvrit la fenêtre donnant sur un petit balcon et s'installa ensuite sur une chaise avant de commencer à jouer. Une douce mélodie se fit bientôt entendre dans la pièce.

_________________


Dernière édition par Annabelle le Dim 28 Fév - 7:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La vie dans le château (pv Tanaka)   Jeu 25 Fév - 16:29

Les reliefs montagneux étaient particulièrement magnifiques, les rayons du soleil éclairaient les multiples clairières. La forêt resplendissait et ses frondaisons magiques rendait chaque arbres unique dans son propre genre et vivant comme chaque cœur battant. Tanaka se réveilla doucement, de fine goutte de pluie coulait doucement de son front, passant une main rapide, il se releva doucement les yeux embrouillés par ce réveil. Son habit de satin noir était serti de couture rouge qui dévoilait l'insigne de son village, ses bottes en cuir noir délacés faisaient un beau contraste avec sa capuche rouge. Il était quand même assez tôt, la rosée mouillait ces orteils et le petit froid matinal serrait ses muscles. Perdu quelque part dans la forêt, Tanaka cherchait la paix en méditation, surtout il ne voulait pas se mêlé d'affaires états ou de querelles entre village. Son feu survivait encore avec quelques braises qui rongeaient les derniers morceaux de bois sec. D’un geste fluide et rapide, il attrapa la bûche derrière le hamac puis la jeta dans le trou. Les flammes léchèrent le morceau puis l’engouffrèrent avec leurs longs filets orangés. Tanaka se leva enfin, des oiseaux se tiraillaient près d’une petite flaque d’eau ce qui lui offrit un beau spectacle pendant ses étirements matinaux. Aussitôt, il accrocha sa bouillote sur le feu avec deux morceaux de branches, puis jeta l’eau de sa cruche dedans. La bouche pâteuse, il prit une gorgée rapide en laissant s’échapper un filet d’eau sur son menton. Les nuages commencèrent à prendre le dessus sur le ciel bleu écarlate comme les fonds marins, annonçant une journée mémorable. Le liquide presque bout, Tanaka pris dans son petit sac marron une poche de riz qu’il vida en un trait. Prenant soin de respecter la forêt, il jeta le petit sac dans le feu. La fumée noire disparut doucement dans les airs comme un mauvais rêve. Son bol de riz et ses baguettes traînaient non loin de son campement, quelques animaux nocturnes en avaient profités pour dégustez les dernier petit morceaux. Rapidement, il se plia puis amassa son dû. Profitant du fait que le riz cuisait, il détacha son petit hamac de fortune. Les nœuds étaient assez solides, il sentit enfin que les trucs du vieux maître allaient lui être utiles dans sa quête personnelle. Sortant brièvement de ses pensés, il se dépêcha de retirer le riz du feu.


Cuit à point, il en versa dans son bol rapidement pour ne pas se brûlé. Délicieux et sucré, Tanaka avait su faire une excellente affaire pour cette nourriture de qualité, surtout que l’argent n’engraissait pas ses poches. Pauvre comme un paysan, il errait tout simplement dans la nature en quête de savoir. Ses talents d’archer et bretteur le suivait toujours dans ce monde, on ne pouvait jamais être en sécurité. Tout en savourant son déjeuné, il réfléchit comment sortir d’ici au plus vite. Les rations allait bientôt être a sec, et la civilisation plus loin qu’il ne le croyait. Mastiquant doucement, Tanaka était fatigué de cette longue route, la blessure dans son dos ne l’aida pas non plus. Une longue entaille avait déchiré son épiderme sans trop causer de dégâts, mais la lame était d’un poison nocif. Tout mouvement rapide, pouvait déchirer sa croûte et le faire saigné comme un bœuf mourant. Las de tout ceci, il grogna juste pensée à cette lacération, lui faisait souffrir atrocement. Son riz terminé, il jeta l’eau dans le feu, peut-être que la fumée allait être vu par quelqu’un. Tant qu’il y a de la vie, y’a de l’espoir…En un tour de main, le lieu était propre et fraîchement dans naturel. Tanaka avait pris soin de laissez la fragrance et liberté de son campement, pour ne pas que la forêt soit blessé par présence de vie humaine. Son sac était de moins en moins lourd, par chance cela l’aiderait a défié l’environnement, mais l’énergie de la nature l’aidait à traverser tout du marécage à la rivière sans fin. Rêvant d’un lieu non loin, quelque chose semblait le tiré de ses rêveries, il se dépêcha de tendre l’oreille devant lui. Peut-être était-ce le fruit de son imagination, mais une mélodie faible semblait ragaillardir les arbres. Ne saurant dire, si cela pouvait être maléfice, ses yeux brillèrent étincelles puis doubla la cadence. Les arbres se faisaient plus gros et haut, il était maintenant difficile de cerner les reliefs pour retrouver son chemin. Tanaka haussa les épaules, même si son chemin était écarté depuis longtemps, il pouvait se permettre allez n’importe-où. Les animaux déguerpir comme des lapins effrayés en le voyant surgir. Surprise et adrénaline l’atteint sur le coup, quand un gigantesque château se dressa devant lui.

Si grand et si impressionnant, il trônait dans le petit vallon. Tanaka s’émerveillait puis cligna des yeux plusieurs fois en apercevant un personnage près d’une meurtrière. La musique était plus puissante et jolie, elle se rendait même ici sur cette colline, le puissant silence permettait n’importe quoi. Un sourire déchassa sur ses lèvres, peut-être la douleur où la fatigue, rien ni personne ne l’expliquera. La côte était abrupte et dangereuse, il risquait de se casser le cou au moindre faux pas. La mélodie le rendant plus sûr de lui, il s’élança sur les rochers tels un félin. Le premier saut était une réussite, il réussi un enchaînement parfait, mais le deuxième lui, il glissa et s’écroula dans le mont rocailleux. Contractant ses muscles et serrant, son sac Tanaka dévala en peine et misère. N’était pas très haut, il s’épargna multiples cassures, par contre la blessure de son dos déchira puis s’ouvris en une plaie béante. Son bandage effectua une pression, qui allait éventuellement l’aidez à tenir le coup.

Il se releva titubant, puis accourut vers le château, il ajusta son bandana et attacha son chapeau de paille. Peut-être que la personne présente allait le voir, il s’approcha de la fenêtre et du balcon gigantesque


-Vous déesse, qui trôné en ces lieux, m’offrez-vous confort et soins ? Sachez, que j’ai de quoi payez..

Il mit genoux par terre, la douleur l’obligeant en attendant vainement une réponse. Même si la fatigue lui jouait des tours, il pouvait constaté avec brio que la femme était d'un charme époustouflant
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Annabelle
Modératrice graph' junior


Messages : 9
Date d'inscription : 21/02/2010
Age : 30

Votre Personnage
Age: 16 ans
Sexe: Féminin
Métier:

MessageSujet: Re: La vie dans le château (pv Tanaka)   Jeu 25 Fév - 19:50

Assise sur une chaise, près du balcon de sa chambre, Annabelle passait délicatement des mains fines sur les cordes de sa harpe. La musique qui se faisait entendre dans la pièce était douce et calme comme la personne qui la jouait. Non loin de là, sur le lit, Praline et Yuuki, les deux félins, étaient roulés en boule et profitaient et ce parfois les yeux fermés de la belle mélodie. Même si cette dernière était douce et légére, qu'elle n'était en rien puissante, vive et forte, il était quand même possible de l'entendre à l'extérieur du château puisque la jeune musicienne se trouvait près de la fenêtre. Attirés par cette douce mélodie, certain animaux s'étaient rapprochés du château pour l'entendre mieux. Une fois arrivés suffisament près, plus aucun de bougeait. C'était comme si le temps s'était arrêté. Même la nature semblait être en harmonie avec ce qu'il se passait en ce lieu. Le vent assez fort qui avait commencé à faire bouger les feuilles des arbres s'était calmé et changé en une légére brise inaudible. On pouvait dire que le calme qui rêgnait dans le château s'était propagé à la nature environante. Mais cela Annabelle et ses félins n'en avaient pas conscience. Tout à coup une voix se fit entendre et supprit la jeune fille qui cessa de jouer. C'était une voix masculine si elle ne se trompait pas. C'était même la première voix humaine et masculine qu'elle entendait depuis qu'elle était arrivée dans ce château près d'un an auparavant. Qui cela pouvait-il être? L'inconnu qui lui avait sauvé la vie? Vu les paroles en partie étonnantes de l'inconnu ce ne devait pas être me cas. L'appelant déesse, il demandait confort et soins et disait avoir de quoi payer. Son sauveur à la cape blanche n'aurait sûrrement pas dit cela. Un peu intimidée, Annabelle se leva de sa chaise et s'avança sur le balcon avant de regarder en bas. Un homme vêtu de noir et portant un chapeau de paille se trouvait genoux à terre. Ses cheveux étaient aussi noir que ses habits. C'était la première fois que la jeune fille voyait de tels habits. Elevée dans un village de campagne, elle étaient habituée à d'autres habits plus clairs et aux couleurs proches de celles de la nature. Timide, la jeune demoiselle ne savait pas comment réagir face à cet inconnu. Tout à coup les paroles de ce dernier lui revinrent à l'esprit. Il demandait confort et soins. Cela voulait-il dire qu'il était blessé? Si oui elle se devait de l'aider. Après tout il le lui avait demandé poliment. Sentant que sa maîtresse ne savait que faire, Yuuki s'approcha d'elle et lui dit qu'il pouvait aller voir un peu dans quel état était l'inconnu. Il ne ferait rien à un petit chat. Rassurée par ses paroles, la timide jeune fille le laissa partir. Quelques minutes plus tard, le félin était dehors et s'approchait de l'inconnu lentement tout en l'observant. Il ne sentait aucune animosité provenir de l'homme qui semblait plus épuisé qu'autre chose. Yuuki pouvait sentir une odeur de sang dans le dos de l'homme brun. Il était blessé et devait avoir vraiment besoin de soin. Annabelle observait la scène du balcon et ne le quitta qu'après avoir échangé un regard avec son chat. Plusieurs minutes plus tard, elle se trouvait elle aussi dehors. Cependant comme elle était plutôt timide, elle n'osait pas trop s'approcher de l'inconnu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La vie dans le château (pv Tanaka)   Ven 26 Fév - 16:17

Le temps passait a une vitesse fulgurante, les yeux de Tanaka était perdu dans l’éternelle et son esprit voguait ailleurs dans les tréfonds du ciel. Cette instant de repos sur le sol lui permis de fermer les yeux quelques instants et laisser les images danser dans son subconscient. Il était debout dans une salle sombre, des cris affreux résonnait dans la chambre du fond, un cri agoni terrible lui fit frémir l’échine. C’était lui dans un petit corps frêle, impétueux il avança vers la chambre pour trouver la source de cette lente agonie. Sa mère d’une dernière expiration, gisait sur le sol un homme en noir essuya son katana. Au moment, alors où tout semblait vouloir éclaté, une présence féline le sortit tout droit de ses songes. La douleur de son dos lui fit pousser un petit cri de détresse, son teint pâle laissait à désirer. Une petite bestiole se tenait près de lui, un petit chat, Tanaka ne pus s’empêcher de sourire, ce château était donc habité, il n’avait rien à craindre. Pour une fois la chance semblait être de son côté. Il releva un genou avec toute la puissance de son esprit et enfin grâce à son pommeau l’autre jambe. Une petite mare sanglante coulait tel une rivière affluente vers le fleuve. Le bandage avait presque cédé par cause de la bulle de sang. Tanaka pris soin de rester le plus courtois possible, jusqu'à ce qu’une présence humaine viendrait réchauffer son cœur. Quand, enfin la demoiselle décida de pointer le bout de son nez, il utilisa ses dernières énergies pour s’incliner. Ses cheveux noirs glissaient dans le vent, quelques feuilles mortes dessinaient le paysage derrière lui. Son chapeau de rotin était incliné vers le bas cachant son beau regard ainsi qu’un bandana qui couvrait son visage. Son accoutrement noir était déchiré au niveau du torse. Une poitrine musclé et une épaule découpé par la puissance de mouvements apparaissait au regard de la jeune demoiselle. Ses forces le laissant meurtris, il posa genoux par terre, puis mis la main sur son pommeau avec d’étranges signes runiques.

- Sur tout mon honneur, demoiselle, je ne poserai jamais main sur vous et vos animaux... et je...

Ses yeux glissèrent de haut en bas, la noirceur s’empara de son esprit, pâle comme un matin d’hiver, il s’écroula devant lui dans l’herbe et la poussière. Lourdement, ses jambes rebondirent doucement et son épée cliqueta contre le choc. Tanaka tourna son visage vers la gauche dévoilant une maigre partie de son visage.

- J’ai échoué...

Personne n’aurait su expliquer ses paroles, mais une larme naissante s’écroula sur la terre meuble, puis enfin son souffle rauque s’abaissa doucement, des soins devaient lui être apporté avec urgence. Dans sa torpeur Tanaka se rappela les derniers instants, où il n’eus plus la force de sauver, sa famille et la femme qu’il avait tant aimé. De sa poche glissa un livre, qui s’entre-ouvrit doucement laissant les écritures lisibles :

Je me rappelle, quand jadis dans mon pays, les pétales de nos arbres devenaient roses. Nos bâtiments, si haut reflétait notre honneur pour cette bonne terre que nous aimons. Puis sous la paix, se cache la terreur. Je me souviens quand la guerre déchira mon pays, l'orient brisé en deux. Notre honneur assiégez par les drames des erreurs de nos ancêtres. Je me rappelle, cette campagne ou poussait notre riz, avec amour nos moulins coulaient sans cesse, jamais le soleil ne nous quittait. Les papillons chatouillaient notre chevelure noir comme la cendre. La vallée surplombait la mer, son charme et ses vagues pourpres pouvaient charmer le plus vile des hommes. Je me rappelle cette femme, son visage magnifique et sa bouche au lèvres serrés, séduisante et incroyable. Son regard parfait, ses yeux bridés tel le faucon s'échappait de son iris un charme qui me fit fondre. Ses joues d'un ton légèrement rouges, ses pommettes qui saillait sur sa peau douce et élégante. Ses courbes voluptueuses, son corps sculpté a même le couteau. Ses hanches svelte et sa démarche fantastique. Ce visage qui semblait si mystérieux, me cachant son nom et son secret. Elle s'en allait dans ce bateau, je garderai toujours le souvenir de cette femme, car elle incarnait la perfection elle même. Je me rappelle, quand tout fus détruit, mon bétail, ma maison.. La fumée qui s'étendait tel un serpent sur la vallée..
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Annabelle
Modératrice graph' junior


Messages : 9
Date d'inscription : 21/02/2010
Age : 30

Votre Personnage
Age: 16 ans
Sexe: Féminin
Métier:

MessageSujet: Re: La vie dans le château (pv Tanaka)   Sam 27 Fév - 2:19

Très intimidée par la présence de l'inconnu, ce n'est que quand Annabelle vit le regard de Yuuki depuis le balcon qu'elle osa se diriger vers l'extérieur. Si son chat s'était approché aussi près de l'homme c'est qu'il n'y avait pas de danger. De plus le regard sérieux et soucieux qu'il lui avait lancé indiquait le l'homme aux cheveux noirs avait vraiment besoin de soin. Quand elle arriva dehors, la timide demoiselle remarqua que le jeune homme, qui devait être un peu plus âgé qu'elle, s'était relevé. Il n'était plus à genoux mais debout. Il n'avait pas l'air méchant mais il y avait quand même une raison d'être effrayé. En effet à ses pieds se trouvait une mare de sang ce qui montrait la gravité de certaines blessures. Sentant le trouble qui habitait sa maitresse, Yuuki la rejoignit dans l'espoir de l'aider à se détendre ne serait-ce qu'un peu. Annabelle le prit dans ses bras et le serra contre elle mais cependant son regard inquiet était toujours posé sur l'inconnu. Ce dernier s'inclina sans un mot avant de poser de nouveau un genoux à terre. La jeune demoiselle, qui avait eu le temps de l'observer un peu avant qu'il ne fasse cela, sentait qu'il devait être épuisé. Son habit noir était déchiré au niveau du torse, signe qu'il s'était probablement battut. Ce qui pouvait expliquer la mare de sang. Annabelle était éffrayée à la pensée de la blessure qui avait pu entraîner une telle conséquence. La voix de l'homme brisa tout à coup le silence. Il disait que, sur son honneur, il ne poserait jamais la main sur elle et ses animaux. A sa voix, la jeune fille sentait qu'il était sincère. Il n'y avait aucune animosité dans sa voix et son regard.

Le jeune homme brun était sur le point de continuer quand soudain il s'écroula sous le regard étonné et inquiet d'Annabelle. Celle-ci, alarmée, se précipita vers lui. Alors qu'elle venait de se mettre à genoux près de lui, elle entendit sa voix comme dans murmure. Il disait qu'il avait échoué. Echoué? De quoi parlait-il? De son combat? Mystère. En tout cas le jeune homme n'allait vraiment pas bien. En effet il ne tarda pas à devenir complétement inconscient. Il avait dans le dos une blessure qui n'était vraiment pas jolie à regarder. C'était elle la cause de tout ce sang sur le sol. Ce jeune homme avait vraiment besoin de soin. Et pour cela il valait mieux l'ammener dans le château. Mais comment faire cela? Annabelle n'arriverait jamais à le porter toute seule jusqu'à une chambre. Elle n'était pas aussi grande et musclée que lui. C'est quand elle vit Yuuki près d'elle qu'elle trouva soudain la solution. Quand elle était plus jeune, sa mère lui avait montré comment transformé ses chats en humains. C'était un sortilège qui pouvait être bien utile parfois. Elle en parla à Yuuki qui lui dit qu'il était d'accord. A ces mots, Annabelle ferma les yeux et se concentra. Elle prononça ensuite les paroles que sa mère lui avait apprise. Quand elle rouvrit les yeux, Yuuki avait changé. Ce n'était plus un chat de couleur sombre mais un jeune homme brun vêtu de blanc. Il n'était peut être pas aussi costaud que l'inconnu mais il devrait pouvoir aider Annabelle à le porter jusqu'à l'intérieur. Il passa l'un des bras de l'homme par dessus son épaule et se leva en le soutenant. A ce moment là Annabelle remarqua un petit livre sur le sol. Il était sans doute tombé de la poche de l'homme. Elle le ramassa ainsi que l'épée et se dirigea avec Yuuki vers le château. Une fois à l'intérieur, l'inconnu fut allongé, sur le ventre, sur le grand canapé de l'une des pièces du rez de chaussée. Laissant Yuuki veiller sur le blessé, Annabelle se rendit dans sa chambre. Elle en revint quelques minutes plus tard avec des bandages et un onguent fait d'herbe. Praline, la petite chatte blanche, l'avait suivit et observait le blessé d'un air inquiet tout comme sa maitresse. Yuuki, encore sous forme humaine, retira le haut de l'inconnu et Annabelle put alors voir l'étendue des dégats. C'était horrible. Elle se demandait comment l'inconnu avait pu tenir jusque là. D'une main douce et légére, la jeune fille commença à passer un onguent sur la plaie ensanglantée se trouvant dans le dos de l'homme. Les herbes contenues dans cette sorte de pomade permetteraient de stopper de saignement. Une fois qu'elle eut terminée, elle banda l'inconnu avec l'aide de Yuuki qui le maintenait assis par moments.

Quand tout fut finit, Annabelle rendit à son chat sa forme habituelle et, le prenant dans ses bras, lui fit un gros câlin pour le remercier de son aide. Praline s'était éclipsée et revint quelques minutes plus tard avec la harpe de sa maitresse qu'elle tenait le plus délicatement possible. Annabelle lui sourit et la caressa avant de prendre son instrument. La musique était une source d'apaisement et cela ferait du bien à tout le monde. La jeune fille s'assit dans un fauteuil et commença doucement à jouer. La mélodie que l'on pouvait entendre était vraiment très jolie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La vie dans le château (pv Tanaka)   

Revenir en haut Aller en bas
 

La vie dans le château (pv Tanaka)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» VIENS-DANS-MON-CHÂTEAU ▲ qui sera le prochain à poster?
» [Aisne(02)] Château de Coucy
» [Guide] Le Château de Combat
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes
» ET LA VERITE SORT DU PUIT/SOU MENSONGE DANS GNB CONTRE ATTILA
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mononoké :: La forêt [Partie RPG] :: La Contrée Des Forêts :: Le château ambulant-